Voyager seul

Les voyages nous permettent de découvrir le monde, les différentes cultures et d’autres façons de vivre. La majorité du temps, les voyages se réalisent en famille ou entre amis, et il est rare qu’une personne parte en solitaire à l’autre bout du monde.

DSC_2013 2

Quand on voyage seul, nous nous retrouvons sans personne avec qui parler. C’est l’occasion de penser. Penser à énormément de choses. On peut penser sur la vie, penser sur notre futur ou notre passé, penser à qui nous sommes, penser au but de la vie, penser à la définition du bonheur ou encore ne penser à rien, sans que personne nous interrompe. C’est une bonne occasion de se remettre en question. C’est aussi à ce moment-là qu’on se rend compte de nos forces et de nos faiblesses.

Mais pourquoi devrions-nous voyager seul alors que nous avons tant à partager avec nos amis et notre famille ?

La liberté est la première raison. Nous pouvons définir la liberté comme l’état d’une personne qui ne subit aucune contrainte et aucune soumission d’une autre personne. Nous pouvons alors vagabonder en ville ou dans des endroits très reculés sans aucune pression. Nous ne ressentons aucune obligation et aucune culpabilité de faire ou de ne pas faire certaines choses que d’autres personnes voudraient ou ne voudraient pas faire. Il est vrai que l’amitié est une des plus belles choses sur terre, mais même nos amis les plus proches n’ont pas tous les mêmes centres d’intérêt. Voyager seul permet de faire ce que nous aimons vraiment car aucune personne ne sera là pour nous contredire. Cela permet aussi de pouvoir faire certaines activités que nous n’oserions pas chez nous ou avec nos amis. Une autre partie de nous peut alors s’exprimer. Aller en boîte de nuit gay alors que vous êtes hétéro ? Pourquoi pas ! Si vous êtes seul, vous n’hésiterez pas une seconde !

Faites des activités et rencontrez des gens. Quand je dis aux gens que je pars seul, on me demande souvent qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à part m’ennuyer. Il est vrai qu’au début, on se sent un peu petit. On a l’impression de ne pas être à sa place. Et puis au fur et à mesure on y prend goût. J’ai pu ressentir ça lors de mon voyage en solitaire à Londres. ?ai commencé par me promener comme tout le monde. Ensuite j’ai essayé le shopping seul. Je me suis rendu compte que je n’étais pas seul à faire ça et que c’est plutôt bien pratique de faire les magasins sans devoir se donner rendez-vous dans 15 minutes pour faire le point ou d’attendre des heures devant la cabine d’essayage de notre compagnon de voyage. Rester trois heures dans le même magasin ou d’y retourner autant de fois que j’avais envie était très agréable. J’ai ensuite essayé les musées au milieu des familles et des courses d’école. Puis j’ai augmenté le niveau de cette « solitude étrange» en allant manger au restaurant seul. A part parler avec soi-même, il n’y a que des avantages : j’ai trouvé une table très facilement, le repas et le service m’ont été servit très rapidement. Je suis parti après mon café. Puis l’étape ultime des jeunes, c’est le monde de la nuit, en solitaire… Ce soir-là, je me suis installé au bar afin de prendre un verre pour débuter la soirée. J’observais les gens buvant et dansant. Il y avait des personnes prêtes pour faire la fête toute la nuit et d’autres qui finissaient leur after work. On m’a rapidement prit dans un groupe afin que je ne reste pas seul. Des jeunes qui commençaient leur week-end. J’ai apprécié de faire de nouvelles connaissances et de partager d’autres choses avec des personnes qui n’ont pas la même vision des choses que moi. Nous avons ensuite sillonné les ruelles Londoniennes avant de s’aventurer dans une boîte de nuit… jusqu’à l’aube.

On se la pete presque à ce niveau-là. Rien de plus valorisant que de partir seul. On ressent comme une fierté, un pas en plus dans la maturité. « Moi je suis parti seul ! », voici ce que vous pourrez dire à vos amis. Ils vous admireront encore plus.

Comme une drogue. Foncez ! Ne réfléchissez plus ! Tentez cette incroyable expérience. Et faites tout de même attention à une chose, on y prend vite goût !

Alex Jeanmonod